Ateliers en ligne

Ateliers Parlons Chat

Ateliers Parlons Chat

Nous proposons des ateliers en ligne pour expliquer certains aspects du comportement des chats et apporter notre expertise aux particuliers et aux professionnels non formés au comportement félin.
 

Qui sommes -nous?

Brunilde Ract-Madoux a une formation initiale d’ASV. Elle a ensuite repris ses études pour devenir éthologue. Après avoir travaillé plusieurs années auprès d’animaux sauvages, elle s’est spécialisée dans le bien-être des animaux domestiques et plus spécifiquement du chat. Devenue consultante en comportement du chat depuis 2013, elle intervient auprès des particuliers pour les aider à mieux comprendre les comportements et les besoins de leur animal, elle intervient auprès des entreprises et associations, elle est également formatrice pour les professionnels, animatrice d’ateliers pour les particuliers et rédactrice pour la presse animalière.
 
Formée chez Vox Animae, Cécile Desmares est fondatrice de Truffe et Coussinet depuis près de 4 ans. Elle débute son activité en proposant un service de cat-sitting premium pour ensuite offrir son expertise du comportement félin à tout propriétaire qui rencontre des difficultés de cohabitation avec leur(s) chat(s). Alterner ces deux activités lui confère une expérience de terrain solide grâce à la multiplicité des duos chats-humains rencontrés. Engagement, confiance, écoute et proactivité, sont les valeurs qui la portent au quotidien pour offrir à ses clients un service de qualité.
 
Particulièrement attachées au bien-être des chats et de leurs humains, nous avons décidé d’unir nos compétences pour vous aider à mieux comprendre votre chat à travers la création d’ateliers ludiques. Afin de vous aider à bien cohabiter avec votre animal, une variété de thèmes vous sera proposé régulièrement.
 
Vous trouverez sur la page Facebook :
– des conseils,
– des informations utiles sur les chats
– nos prochaines dates d’ateliers.
 
Si vous souhaitez que l’on travaille sur un thème en particulier, n’hésitez pas à nous contacter (ateliersparlonschat@gmail.com)
 
à bientot !
 
 

Projet en cours !

Mon chat n'aime pas les portes fermées

Pourquoi mon chat n’aime pas les portes fermées?

« Il me mord alors qu’il me demandait des caresses »

« Il miaule pour que je lui ouvre la porte mais ne la franchit pas »

« Il prend un malin plaisir à projeter de la litière partout en dehors de son bac »

Vous avez déjà été confronté à une de ces situations ? Vous ne comprenez pas ce qu’il se passe dans la tête de votre chat ?

Vous n’êtes pas les seuls ! Certains comportements du chat surprennent, parfois même les personnes les plus averties. Souvent décrit comme un animal mystérieux, indépendant et imprévisible, le chat n’est pas toujours bien compris. De nombreuses idées reçues perturbent notre « lecture » de ses signaux de communication.

Et si on s’intéressait à sa perception sensorielle, à l’observation de ses comportements et à ses besoins et ses attentes ?

A travers des explications basées sur des connaissances scientifiques, ce livre vous propose d’explorer des réponses à vos interrogations en vous donnant des conseils concrets. Les illustrations vous rappelleront avec humour des situations que vous avez forcément vécues!

—–

Agathe Gastaldi : graphiste et illustratrice. J’ai travaillé sur plusieurs livres de jeux de rôles (l’Appel de Cthulhu, Oreste, Knight) et pour divers organismes (INRIA, LPO).

Pour le livre, je réalise les petits strips qui illustreront chaque chapitre.

 

Brunilde Ract-Madoux : éthologue – consultante en comportement du chat. Formatrice pour les professionnels, animatrice d’ateliers pour les particuliers, rédactrice pour la presse animalière, j’aide aussi les adoptants de chats à mieux comprendre leurs comportements et leurs besoins.

Ma participation à ce livre est l’écriture des textes pour tenter de répondre à toutes vos questions.

 

=> Projet de livre en cours. A bientôt pour la suite !

=> Lien vers la page Facebook

Mon chat est « malpropre ». Qu’est-ce que cela veut dire?

Chaton assis. Apprentissage propreté

La « malpropreté » est une problématique que l’on rencontre très régulièrement lors de nos interventions. Cela fait partie des problématiques les plus courantes, du moins pour lesquelles nous sommes le plus souvent appelés.

Mais que signifie le terme « malpropre » ?

Ce terme est utilisé pour décrire un comportement d’élimination de selles et d’urine en dehors du bac à litière. Dans des conditions de captivité et lorsque les chatons sont élevés par leur mère, ils apprennent très jeunes à éliminer dans un bac à litière en observant leur mère. C’est là où certains vont parler « d’acquisition de la propreté » entre l’âge de 3 et 5 semaines. Cette notion d’apprentissage est très importante! Ça n’est ni « normal » ni « naturel » pour un chat de faire ses besoins dans une litière. On pourrait décrire la mise en place du comportement d’élimination comme ceci: lorsque le contrôle neurologique des sphincters est acquis, le chaton est capable d’éliminer volontairement. Il va chercher à éliminer à distance de sa zone de repos et de sa zone d’alimentation. Il va progressivement faire l’apprentissage d’éliminer dans un lieu spécifique en regroupant ses déjections.

Il est également très important de comprendre que l’élimination de selles et d’urine est un besoin physiologique mais aussi un comportement de communication. De nombreuses molécules chimiques présentes dans les déjections permettent au chat de déposer des messages dans son environnement. A l’état libre, pour une communication efficace, le chat va effectuer des dépôts à différents endroits de son milieu de vie. A l’état captif, il va éliminer dans le ou les bacs qui lui sont dédiés.

Parfois, le chat élimine en dehors de son bac à litière, et peut être considéré comme « malpropre ». On est bien d’accord, c’est désagréable d’avoir de l’urine sur le canapé de son salon… Mais au travers de ce comportement « gênant », il est nécessaire de se demander pourquoi le chat fait ça ?! Il ne fait pas exprès pour nous déranger ni ne se venge. Généralement – quand ce comportement n’est pas lié à une pathologie, ni lié à une aversion à la litière – il est l’expression d’un état émotionnel négatif, d’une inquiétude de la part du chat. En éliminant à divers endroits de son lieu de vie, le chat cherche à s’apaiser en déposant ses odeurs qui le rassurent. Le dépôt de messages chimiques est un moyen de communication chez le chat.

Mes consœurs du collectif CATUS et moi-même avons récemment rédigé un article sur ce terme de « malpropreté ». Nous trouvons que cela peut induire une vision négative du comportement du chat, comme quoi il ne serait pas normal voire sale que le chat élimine en dehors de son bac à litière. Nous préférons donc utiliser l’expression « élimination hors bac à litière ».

 

Pour lire notre article, vous pouvez cliquer ici

 

Si votre chat élimine en dehors du bac à litière, consultez un vétérinaire pour vous assurer de son état de santé. Ensuite, contactez-moi pour avoir des conseils et vous aider avec cette problématique.

Évènements autour de l’animal de compagnie (2020-2021)

Congrès, conférences et évènements autour de l’animal de compagnie

Comportement, droit et bien-être animal

2020

  • Conférence « Langages, langues, dialectes animaliers : les dictionnaires des animaux » – 9 janvier 2020 – Cité des sciences et de l’industrie de Paris – dans le cadre du cycle de conférence « Un animal… des amimots »
  • Journée mondiale des intelligences animales1er février 2020 – Cité des sciences et de l’industrie de Paris
  • Colloque du Collectif CATUS – pour les professionnels de la relation entre le chat et l’humain – 13 et 14 mars 2020 – Paris

Avec l’évolution de la pandémie COVID-19, certains congrès ont été annulés ou reportés, d’autres se passent en visioconférence. Voici les dates prévues à ce jour.

2021

  • Congrès mondial de la nature de l’UICN – Marseille – 7 au 15 janvier 2021
  • Colloque annuel de la Sfeca (Société française pour l’étude du comportement animal) – Marseille – 25 au 28 mai 2021
  • Canine Science Forum – 7 au 10 juillet 2020 – Lisbonne – juillet 2021
  • 12ième International Conférence on Methods and Technics in Behavioral Research – Measuring Behavior – Krakow, Pologne – 13 au 15 octobre 2021 

Aménager le milieu de vie de son chat

Aménager l'environnement des chats pour améliorer leur bien-être

Cette période de confinement nous permet-elle de mieux comprendre ce que vivent nos animaux de compagnie ? Pourquoi parlons-nous d’aménager le milieu de vie ? Notre quotidien peut vite devenir monotone si nous ne cherchons pas à l’enrichir de différentes manières. Cela est aussi valable pour nos chats qui vivent sous notre toit. Il est important de répondre à leurs besoins physiologiques (manger, boire, éliminer, dormir), mais il est aussi essentiel de penser à leurs besoins comportementaux (se déplacer, grimper, faire ses griffes, etc.) en aménageant notre milieu de vie de manière adéquate. De nombreux chercheurs s’intéressent à ce sujet, il a déjà été montré à de nombreuses reprises qu’un bon aménagement du milieu de vie était efficace pour améliorer le bien-être du chat.

Cet article du collectif CATUS* très récent donne de nombreux conseils pour aménager l’environnement de nos chats. Ces conseils sont valables pour tous les chats, et encore plus pour ceux qui ne sortent pas.

 

* Le collectif CATUS est une association créée en 2019 par une équipe de 5 consultantes en comportement du chat, dont je fais partie. Cette association a plusieurs objectifs dont de fédérer les professionnels de la relation Chat-Humain, travaillant autour d’une même éthique, dans le respect du bien-être et des besoins de l’animal et de l’humain. Nous nous attelons aussi à mieux faire connaitre cette profession auprès du public afin d’aider les propriétaires de chat à mieux comprendre leur animal.

Web conférences / Ateliers et formations en ligne

Photos de chats sur écran d'ordinateur

Pendant la période de confinement, je propose des conférences et ateliers en ligne gratuits, sur le comportement du chat et destinés aux particuliers, aux professionnels, aux associations, adoptants et familles d’accueil.

Plusieurs thèmes sont possibles: comportement du chat en appartement, interactions entre chats, comment jouer avec un chat, accueillir des chats en famille d’accueil, etc.

Contactez moi si vous voulez aborder un sujet en particulier !

Le développement comportemental du chaton

Des chatons tètent leur mère. A l'âge de 2 semaines, ils sont totalement dépendants de leur mère pour l'alimentation

En l’espace de quelques semaines, le chaton passe d’une totale dépendance à sa mère à une totale indépendance. Découvrons à travers cet article du collectif CATUS*, les grandes étapes du développement du chaton d’un point de vue comportemental mais aussi locomoteur et sensoriel. La mère a un rôle très important auprès de ses petits: pour les soins, pour l’alimentation mais aussi pour l’éducation. D’ailleurs, la chatte peut influencer les préférences alimentaires de ses chatons.

En dehors d’apporter des connaissances sur le comportement et le développement du chaton, cet article rappelle que l’âge légal d’adoption d’un chaton est de 8 semaines. Comment cet âge a-t-il été décidé? Dans cet article, nous expliquons l’importance de laisser le chaton le plus longtemps possible avec sa mère et sa fratrie, afin de limiter le risque d’apparition de comportements dits « gênants » à l’âge adulte. Aujourd’hui, il est conseillé d’adopter un chaton à l’âge de 12/14 semaines !

A l’état libre, les chatons restent avec leur mère jusqu’à l’âge d’au moins 6 mois. Dès que les mâles atteignent la puberté, ils quittent le groupe familial. Les femelles peuvent rester un peu plus longtemps avec leur mère, voire rester avec elle toute leur vie. Un groupe de chats, ou une colonie, peut être composé de plusieurs femelles apparentées avec leur descendance. Ces groupes partagent un même domaine vital et des ressources communes. Les individus communiquent beaucoup entre eux, se reconnaissant et discriminent les chats qui n’appartiennent pas à leur groupe. Les observations sur les chats nous aident à mieux comprendre le comportement nos chats de compagnie.

 

* Le collectif CATUS est une association créée en 2019 par une équipe de 5 consultantes en comportement du chat, dont je fais partie. Cette association a plusieurs objectifs dont de fédérer les professionnels de la relation Chat-Humain, travaillant autour d’une même éthique, dans le respect du bien-être et des besoins de l’animal et de l’humain. Nous nous attelons aussi à mieux faire connaitre cette profession auprès du public afin d’aider les propriétaires de chat à mieux comprendre leur animal.

Qu’est-ce qu’un consultant en comportement du chat?

Cette illustration représente un chat roux qui lit un livre pour mieux comprendre ce qu'un consultant offre comme conseil en comportement

Différents termes sont utilisés pour définir une même profession: Comportementaliste félin, comportementaliste du chat, intervenant en comportement félin, consultant en comportement du chat/ félin… Aujourd’hui cette profession n’est pas reconnue par l’État. Cependant, il existe des formations privées en France, certaines étant de très bon niveau.

 

Un consultant en comportement conseille les particuliers: en prévention pour éviter le développement de comportements gênants la relation entre les humains et leur chat. Mais également en intervention, quand les comportements sont déjà présents. Il conseille aussi les professionnels en intervenant auprès des associations, refuges, élevages ou pension. Pour une description plus détaillée, vous pouvez lire l’article du collectif CATUS.

 

Un éthologue est une personne ayant suivi un cursus universitaire scientifique jusqu’en master (Bac+5) ou en doctorat (titre de Docteur en éthologie, Bac+8). L’éthologie étant l’étude du comportement animal dans son milieu de vie.

 

Si vous voulez plus d’informations sur l’éthologie, vous pouvez consulter le site de la Sfeca: Société française pour l’étude du comportement animal.

 

Vous êtes un particulier ou un professionnel et vous voulez connaitre en détails mes prestations? Rendez-vous ici.

Vous êtes lycéen/étudiant, vous voulez des renseignements sur l’éthologie, et sur mon travail au quotidien? Je réponds avec plaisir à vos questions, vous pouvez me contacter sur cette page.

Pourquoi faire garder son chat par un cat-sitter professionnel?

Faire garder son chat par un cat-sitter professionnel qui sait approcher et caresser le chat en le respectant

Lors d’une absence pour un week-end ou pour des vacances, on se demande souvent comment faire garder son chat.

Si vous partez pour moins de 2 ou 3 semaines et que votre chat sait rester seul, vous pouvez faire appel à un cat-sitter professionnel. Cette personne spécialisée dans la garde des chats rendra visite au vôtre 1 ou 2 fois par jour pour lui prodiguer les soins nécessaires. Je recommande fortement de faire appel à un cat-sitter qui a suivi une formation spécifique (comme celle-ci). Par ses connaissances en comportement, un professionnel saura s’occuper de votre chat en toute bienveillance et le respecter.  Ainsi, il saura aussi anticiper, gérer des imprévus et intervenir en cas d’urgence.

Choisir de faire garder son chat par un cat-sitter professionnel permet de s’absenter en étant serein et confiant.

 

==> Article entier publié sur le blog de Vox Animae.

 

Pour plus d’informations sur la formation, vous pouvez me contacter.

Évènements autour de l’animal de compagnie (2019)

Jeune femme travaillant à son bureau. Son chat est assis sur ses papiers et la regarde.

Congrès, conférences et évènements autour de l’animal de compagnie

Comportement, droit et bien-être animal

2019

  • L’animal en ville – 28 septembre 2019 – Boulogne-Billancourt
  • Fête des animaux de Paris – 28 septembre 2019 – Parc de Bercy, Paris
  • Colloque « L’Homme, roi des animaux ? » – Animaux, droit & société – Organisé par l’Association des Juristes Franco-Britanniques (AJFB) et la Société de Législation Comparée (SLC) – 11 octobre 2019 – Palais du Luxembourg, Paris
  • Congrès de l’Association Française de Droit Rural : « L’Homme, l’animal et le droit » – 11 et 12 octobre 2019 – 22370 Pléneuf-Val-André
  • Pet and Co – 12 octobre 2019 – Ground Control, Paris
  • « Les animaux dans la ville » – débat organisé par la Société Française de Zoosémiotique – 17 octobre 2019
  • Colloque « Droits et personnalité juridique de l’animal » organisé par la Fondation Droit Animal, Éthique et Sciences (LFDA) – 22 octobre 2019 – Institut de France, 5006 Paris
  • 44ième congrès de la SQEBC (Société Québécoise pour l’Étude Biologique du Comportement) – du 1er au 3 novembre 2019 – Montréal, Québec
  • Colloque « La protection animale ou l’approche catégorielle » – 7 novembre 2019 – Faculté de Droit, Economie-Gestion et AES, 29238 Brest
  • Licorne et Phénix – Association française pour la médiation animale: « Les 10èmes Automnales » – 9 novembre 2019 – Paris
  • Congrès MFEC (Mouvement professionnel Francophone des Éducateurs de Chiens de compagnie) – 16 et 17 novembre 2019 – Cerizay
  • Colloque « Les animaux en ethnographie, quelles méthodes d’enquête, quelles postures éthiques ? » – 21 et 22 novembre 2019 – Muséum d’Histoire Naturelle de Paris
  • Conférence « Le langage est-il le propre de l’Homme? » – 3 décembre 2019 – Les Champs Libres, Rennes – dans le cadre de l’exposition « Chiens et chats »
  • Congrès ASAB (Association for the Study of Animal Behaviour) – 5 et 6 décembre 2019 –  Londres, GG

==> Cette liste d’évènements autour de l’animal de compagnie n’est pas exhaustive. Elle est régulièrement actualisée. Les évènements de 2020 sont listés sur cette page.

Caractéristiques physiques et races

Chat Ragdoll couché sur un lit

Certaines caractéristiques morphologiques du chat influencent les critères de choix des races de chat.

Lors de cette étude, les chercheurs ont demandé à des personnes de répondre à deux questionnaires en ligne dans lesquels il fallait classer et noter 15 photos de chats selon leurs préférences. Les principaux résultats montrent que les personnes ont tendance à sélectionner en dernier les photos de chats ayant un crâne avec une forme extrême (museau très court ou très long), sauf si ces personnes ont un chat de race pure de type brachycéphale (crâne et museau court) ou dolichocéphale (crâne et museau long). Elles choisiront alors de préférence les photos de chats ressemblant au leur.

Les préférences générales vont vers des photos de chats roux aux yeux verts avec des poils longs et une forme de crâne « moyenne ».

 

==> Résumé de l’article de M. J. Farnworth, R. M. A. Packer, L. Sordo, R. Chen, S. M. A. Caney, D. A. Gunn-Moore, 2018, “In the Eye of the Beholder: Owner Preferences for Variations in Cats’ Appearances with Specific Focus on Skull Morphology”, Animals, 8(2), 30.
https://www.mdpi.com/2076-2615/8/2/30/htm

 

!!! Certaines particularités morphologiques extrêmes sont à l’origine de problèmes médicaux, de douleur ou d’inconfort et affectent le bien-être de l’animal : gêne respiratoire, infection cutanée, infection oculaire, difficulté de locomotion, difficulté de communication avec les congénères, etc.

 

Mésocéphale : Dont le crâne, de largeur moyenne par rapport à sa longueur, se classe, selon l’indice céphalique, entre les formes brachycéphales et dolichocéphales.

Comportement, santé et environnement

Un chat est couché sur un arbre à chat. Il observe, il est calme.

La condition physique des chats est liée à leurs conditions d’hébergement. Cette équipe a mis au point un système pour surveiller la condition physique et les comportements des chats, réalisable par différentes personnes, au sein des refuges. Les chercheurs ont évalué la condition physique (poids, état des yeux, du nez, des poils, de la peau) et le comportement des chats (interactions agressives, comportements de jeu, comportements envers les humains) dans 30 refuges. Ils ont aussi collecté des données sur les conditions d’hébergement des animaux, la gestion du refuge et la population de chats. Les principaux résultats sont:

La proportion élevée de chats maigres est corrélée à une proportion élevée d’enclos contenant moins d’une aire de repos par animal et peu de cachettes pour tous les chats ; le nombre élevé de chats avec des problèmes de peaux est corrélé à l’augmentation du temps de temps passé au refuge, à un nombre faible de litières disponibles et à des odeurs désagréables dans l’environnement.

Réaliser des observations basées sur des paramètres précis peut être bénéfique au bien-être des animaux captifs.

 

==> Résumé de l’article de C. Arhant, R. Wogritsch & J. Troxler, 2015, Assessment of behavior and physical condition of shelter cats as animal-based indicators of welfare, Journal of Veterinary Behavior.

Audition et aménagement de l’environnement

Une platine vinyle avec un disque. Les chats aiment la musique composée pour eux

Les chats peuvent être sensibles à la musique et ont une préférence pour une musique composée spécifiquement pour l’espèce. Les auteurs ont développé une musique en utilisant des tempos et une fréquence adaptée aux chats. Ils ont fait écouter à des chats, 2 exemples de cette musique et 2 musiques spécifiques aux humains. Les chats ont montré des réactions plus positives à l’écoute de la musique spécialement composée pour eux. Ce résultat est important à prendre en compte lorsque l’on veut développer des aménagements de l’environnement auditifs pour les chats vivant en captivité.

 

==> Résumé de l’article de C. T. Snowdon, D. Teie & M. Savage, 2015, Cats prefer species-appropriate music, Applied Animal Behavior Science.

Aménagement de l’environnement et bien-être

Chat couché dans un panier. Un bon aménagement de l'environnement permet d'augmenter le bien-être du chat

Un milieu de vie bien aménagé, peu de dérangement et des horaires réguliers sont des facteurs permettant aux chats en captivité d’être plus à l’aise dans leur environnement.

Lors de cette étude, des chats ont été répartis dans différents environnements captifs : pièces ou cages, lieux enrichis ou non, bruyants ou non, prévisibles ou non, etc., pendant 48h. Puis, les chercheurs ont étudié les réactions des chats lors de la rencontre avec une personne inconnue. Les chats qui vivaient dans une pièce bien aménagée (avec des structures pour grimper, se cacher, observer) ont été ceux qui approchaient le plus rapidement les inconnus et qui cherchaient le contact. Un bon aménagement du lieu de vie est efficace pour améliorer le bien être du chat. Il faut, d’autant plus, minimiser les perturbations extérieures.

 

==> Résumé de l’article de J. Stella, C. Croney & T. Buffington, 2014, Environmental factors that affect the behavior and welfare of domestic cats (Felis silvestris catus) housed in cages, Applied Animal Behaviour Science.

Le chat est-il une espèce vraiment solitaire?

Huit chats sont assis et couchés les uns à côté des autres au refuge AVA. Ce rapprochement est intéressant pour une espèce solitaire.

Qu’est ce qu’une espèce solitaire ? Qu’est ce qu’une espèce sociale ? Comment décrit-on le chat domestique ?

A l’état libre, on observe le chat domestique dans des milieux très différents les uns des autres. Il peut avoir un mode de vie solitaire, vivre en petits groupes, ou en colonie de plusieurs centaines d’individus! D’ailleurs en captivité, il peut être le seul animal du foyer, vivre avec d’autres chats, ou vivre avec d’autres espèces.

Alors, le chat… espèce solitaire ou espèce sociale ?

 

==> Article publié sur le blog de Vox Animae

 

Ce sujet est lié à celui de l’article suivant, le chat est-il considéré comme une espèce territoriale?

Le chat aime-t-il qu’on le caresse?

Un chat est cortablement installé près d'un bras. Il a l'air d'apprécier les caresses.

Lorsqu’on caresse un chat confortablement installé sur nos genoux, qu’il ronronne et ferme doucement les yeux, il semblerait qu’il apprécie ce moment. Parfois, il vient juste chercher la chaleur de notre contact, parfois, il cherche aussi des caresses. Mais lorsqu’un chat s’approche de nous, se frotte à nos jambes, on peut être étonné qu’il se détourne si on cherche à le toucher. Pourquoi fait-il cela?

Certaines situations sont parfois mal comprises par les humains. Il est important d’être attentif aux comportements du chat, il faut prendre le temps de l’observer, ne pas trop le solliciter et voir ses réactions. Est ce que le chat aime qu’on le caresse?

 

Pour lire l’article => Animaux-Online

Interactions entre les chats et les humains

Une personne tient un chat qui cherche à s'échapper. Les interactions entre chat et humains ne sotn pas toujours positives.

L’objectif de cette étude était de décrire le comportement d’humains et de chats lors de leur première rencontre dans une salle expérimentale aménagée comme un salon. Les paramètres suivants ont été mesurés : tempérament et sexe du chat, type d’activité de la personne, âge (adulte/ enfant (6 à 10 ans)) et sexe (homme/femme). Les rencontres ont eu lieu lors de deux tests :

  • Test A : le comportement du chat était enregistré pendant 5 minutes : phase 1, la personne ne pouvait pas interagir avec le chat et lisait un livre ; phase 2, la personne était libre d’interagir avec le chat.
  • Test B : le comportement de la personne était enregistré pendant 5 minutes, elle était libre d’interagir avec le chat. Les chercheurs ont considéré que les comportements des humains étaient identiques entre le test A2 et le test B.

Les auteurs ont mis en évidence que le premier contact avec le chat était plus rapide quand la personne était libre d’interagir plutôt que lorsqu’elle lisait un livre. Elle motivait le chat à venir à elle.
Les autres résultats sont les suivants :

  1. Test A, phase 1 : sans différences significatives d’âge ou de sexe, les chats mettaient en moyenne 80 secondes pour approcher la personne à moins de 2 m, environ 2min 30 à effectuer un comportement amical (approche, flairage, frottement) et près de 5 minutes pour un vrai contact corporel, sachant que la personne n’interagissait pas du tout avec l’animal. Les latences d’approches étaient très variables d’un chat à un autre selon leur tempérament.
  2. Test A, phase 2 : les chats avaient tendance à approcher plus fréquemment les adultes que les enfants, les femmes plus que les hommes et les petites filles plus que les petits garçons. Sachant que lors de cette phase, la personne interagissait librement avec le chat.
  3. Test B : les personnes mettaient en moyenne 14 secondes à établir un premier comportement amical envers le chat, 64 secondes pour une première parole, 74 secondes à établir un premier contact corporel. La première approche spontanée des humains arrivait en moyenne au bout de 2 minutes, après que le contact corporel soit déjà établi (c’est-à-dire que le chat s’était déjà approché de lui-même). Les adultes parlaient plus rapidement que les enfants et approchaient plus tardivement les chats. Les adultes utilisaient toujours la même méthode pour approcher un chat inconnu alors que les enfants variaient de méthodes. La stratégie de parler au chat avant de l’approcher parait être la plus efficace pour le faire venir.
    Des différences dans le comportement des humains selon leur âge ont été notées : les enfants avaient tendance à plus approcher un chat qui se reposait que les adultes ou à le suivre lorsque le chat les évitait, avec une distinction notable, les garçons suivaient plus souvent les chats que les filles. Les enfants étaient plus actifs pour réduire la distance entre eux et le chat que les adultes.
    Les enfants se tenaient plus debout que les adultes qui s’asseyaient plus, les hommes avaient tendance à plus s’assoir que les femmes qui s’accroupissaient plus. Les femmes adultes parlaient plus au chat que les hommes ou les enfants, en faisant des phrases complètes. Les différences d’attitudes entre les hommes et les femmes et les réactions des chats sont certainement dues à leurs différences physiques mais aussi aux apprentissages qu’ils ont pu faire dans le passé. Ce paramètre n’a pas été mesuré.

Ces résultats sont importants car les tous premiers moments d’une rencontre entre individus étrangers risquent d’influencer l’issue de l’interaction et la relation qui en découle.
L’initiation d’un contact entre deux individus est un processus mutuel qui peut être retardé si l’un des deux partenaires ne parait pas intéressé. Lors de cette étude, les humains sont les initiateurs de contact avec le chat, ils vont parler et/ou approcher le chat, qui va approcher ou éviter l’humain selon son tempérament et son expérience passée.
Les stratégies utilisées par les enfants et par les adultes pour approcher les chats varient mais au vu des réactions des chats, elles sont similaires puisqu’elles aboutissent à autant de jeu et de caresses avec le chat.

 

==> Résumé de l’article de C. Mertens & D.C. Turner, 1988, Experimental analysis of human-cat interactions during first encounters, Anthrozoös vol. 2, p. 83-97.

 

Ma conclusion:
Ces résultats ne sont pas généralisables, il s’agit d’une étude avec un échantillon de 19 chats dans un contexte précis. Mais ils donnent une idée des réactions comportementales que peuvent avoir les humains et les chats lorsqu’ils interagissent.
Il n’en reste pas moins qu’il est important d’éduquer les enfants à approcher et à interagir avec les chats, notamment les plus jeunes qui peuvent avoir des gestes, des mouvements ou des paroles effrayantes pour un chat qui n’est pas bien familiarisé aux petits enfants.

Comment aider son chat à être heureux ?

Un chat se toilette. Il lèche sa patte avant de la passer sur sa tête. La toilette est synonyme de bien-être.

Pour rendre son chat heureux, il faut penser à aménager son environnement en fonction de ses besoins physiologiques et comportementaux. Mais quels sont-ils?

=> se nourrir, éliminer, se reposer, explorer, faire ses griffes, jouer, etc.

La liste est longue et on oublie parfois que le chat a des besoins comportementaux difficiles à satisfaire en captivité. Il faut donc l’aider!

 

Cet article est publié sur le blog de Vox Animae

Rythme et activité locomotrice du chat domestique

Un chat trotte dans l'herbe. Il a une approche amicale. Son rythme quotidien et son activité sont influencés par le rythme des humains avec lesquels il vit.

Les chats vivant avec des humains adaptent leur mode de vie à celui de leur propriétaire, les soins et la présence de ce dernier influencent l’activité et le rythme quotidien de leur chat.
Dans cette étude, l’activité locomotrice totale a été mesurée dans 2 groupes de chats :

  • groupe A : les chats vivaient dans une maison et avaient un accès à l’extérieur restreint d’1 heure;
  • groupe B : les chats vivaient dans une grande maison, ils avaient accès à l’extérieur en continu et passaient la nuit dehors.

Les auteurs ont observé que les chats du groupe A avaient une activité principalement diurne en lien avec les horaires du propriétaire et sa présence à la maison. Les chats du groupe B, quant à eux, étaient plus actifs la nuit et avaient une activité générale plus importante que les chats du groupe A.

 

==> Résumé de l’article de G. Piccione, S. Marafioti, C. Giannetto, M. Panzera & F. Fazio, 2013, Daily rhythm of total activity pattern in domestic cats (Felis silvestris catus) maintained in two different housing conditions, Journal of Veterinary Behavior.