Le développement comportemental du chaton

Des chatons tètent leur mère. A l'âge de 2 semaines, ils sont totalement dépendants de leur mère pour l'alimentation

En l’espace de quelques semaines, le chaton passe d’une totale dépendance à sa mère à une totale indépendance. Découvrons à travers cet article du collectif CATUS*, les grandes étapes du développement du chaton d’un point de vue comportemental mais aussi locomoteur et sensoriel. La mère a un rôle très important auprès de ses petits: pour les soins, pour l’alimentation mais aussi pour l’éducation. D’ailleurs, la chatte peut influencer les préférences alimentaires de ses chatons.

En dehors d’apporter des connaissances sur le comportement et le développement du chaton, cet article rappelle que l’âge légal d’adoption d’un chaton est de 8 semaines. Comment cet âge a-t-il été décidé? Dans cet article, nous expliquons l’importance de laisser le chaton le plus longtemps possible avec sa mère et sa fratrie, afin de limiter le risque d’apparition de comportements dits « gênants » à l’âge adulte. Aujourd’hui, il est conseillé d’adopter un chaton à l’âge de 12/14 semaines !

A l’état libre, les chatons restent avec leur mère jusqu’à l’âge d’au moins 6 mois. Dès que les mâles atteignent la puberté, ils quittent le groupe familial. Les femelles peuvent rester un peu plus longtemps avec leur mère, voire rester avec elle toute leur vie. Un groupe de chats, ou une colonie, peut être composé de plusieurs femelles apparentées avec leur descendance. Ces groupes partagent un même domaine vital et des ressources communes. Les individus communiquent beaucoup entre eux, se reconnaissant et discriminent les chats qui n’appartiennent pas à leur groupe. Les observations sur les chats nous aident à mieux comprendre le comportement nos chats de compagnie.

 

* Le collectif CATUS est une association créée en 2019 par une équipe de 5 consultantes en comportement du chat, dont je fais partie. Cette association a plusieurs objectifs dont de fédérer les professionnels de la relation Chat-Humain, travaillant autour d’une même éthique, dans le respect du bien-être et des besoins de l’animal et de l’humain. Nous nous attelons aussi à mieux faire connaitre cette profession auprès du public afin d’aider les propriétaires de chat à mieux comprendre leur animal.

Conséquences du sevrage précoce chez le chaton

Chat qui mord une personne

Le sevrage précoce augmente la probabilité d’exprimer des comportements agressifs chez les chats. Les résultats de cette étude ont montré que l’âge recommandé pour le sevrage des chatons était de 14 semaines. Retarder le sevrage et donc la séparation avec la mère permet d’augmenter la qualité de vie des chats, et des humains…

Dans cette étude, les chercheurs se sont intéressés aux comportements de chats sevrés avant l’âge de 12 semaines. Un questionnaire a été envoyé à des propriétaires de chats, ce qui a permis de récolter des informations sur 5726 chats de 40 races différentes. Un des résultats important était que la probabilité d’exprimer des comportements agressifs notamment envers les personnes inconnues augmente significativement chez les chats sevrés avant l’âge de 8 semaines.

Les chats sevrés après 14 semaines ont un risque nettement moins important de présenter des comportements agressifs que les autres.

 

==> Résumé de l’article de M. K. Ahola, K. Vapalahti & H. Lohi, 2017, Early weaning increases aggression and stereotypic behaviour in cats, Scientific Reports.

 

⇒ En France, l’âge légal pour adopter un chaton est 8 semaines. A cet âge-là, si son développement s’est déroulé dans de bonnes conditions, le chaton sait faire sa toilette seul, il sait s’alimenter, il sait éliminer dans un bac à litière. Mais il a toujours besoin de sa mère et de sa fratrie pour le contact affectif, et il lui reste de nombreux apprentissages à faire et à parfaire : communication et codes sociaux, gestion des émotions, rétractation des griffes et inhibition de la morsure.

Un chaton qui reste avec sa mère et sa fratrie jusqu’à l’âge d’au moins 12 semaines aura plus de chance d’avoir une bonne capacité d’adaptation, une bonne gestion émotionnelle et d’être bien socialisé.