Comportement, santé et environnement

Un chat est couché sur un arbre à chat. Il observe, il est calme.

La condition physique des chats est liée à leurs conditions d’hébergement. Cette équipe a mis au point un système pour surveiller la condition physique et les comportements des chats, réalisable par différentes personnes, au sein des refuges. Les chercheurs ont évalué la condition physique (poids, état des yeux, du nez, des poils, de la peau) et le comportement des chats (interactions agressives, comportements de jeu, comportements envers les humains) dans 30 refuges. Ils ont aussi collecté des données sur les conditions d’hébergement des animaux, la gestion du refuge et la population de chats. Les principaux résultats sont:

La proportion élevée de chats maigres est corrélée à une proportion élevée d’enclos contenant moins d’une aire de repos par animal et peu de cachettes pour tous les chats ; le nombre élevé de chats avec des problèmes de peaux est corrélé à l’augmentation du temps de temps passé au refuge, à un nombre faible de litières disponibles et à des odeurs désagréables dans l’environnement.

Réaliser des observations basées sur des paramètres précis peut être bénéfique au bien-être des animaux captifs.

Résumé de l’article de C. Arhant, R. Wogritsch & J. Troxler, 2015, “Assessment of behavior and physical condition of shelter cats as animal-based indicators of welfare”, Journal of Veterinary Behavior.

Aménagement de l’environnement et bien-être

Chat couché dans un panier. Un bon aménagement de l'environnement permet d'augmenter le bien-être du chat

Un milieu de vie bien aménagé, peu de dérangement et des horaires réguliers sont des facteurs permettant aux chats en captivité d’être plus à l’aise dans leur environnement.

Lors de cette étude, des chats ont été répartis dans différents environnements captifs : pièces ou cages, lieux enrichis ou non, bruyants ou non, prévisibles ou non, etc., pendant 48h. Puis, les chercheurs ont étudié les réactions des chats lors de la rencontre avec une personne inconnue. Les chats qui vivaient dans une pièce bien aménagée (avec des structures pour grimper, se cacher, observer) ont été ceux qui approchaient le plus rapidement les inconnus et qui cherchaient le contact. Un bon aménagement du lieu de vie est efficace pour améliorer le bien être du chat. Il faut, d’autant plus, minimiser les perturbations extérieures.

 

==> Résumé de l’article de J. Stella, C. Croney & T. Buffington, 2014, Environmental factors that affect the behavior and welfare of domestic cats (Felis silvestris catus) housed in cages, Applied Animal Behaviour Science.